Raymond TEMPLIER

Raymond Templier, fils, petit fils et arrière petit fils de bijoutiers joailliers, est né à Paris, le 22 avril 1891.
Elève à l'école Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de 1909 à 1912, dès 1911 il expose au Salon des Artistes Décorateurs, puis participe aux Salons d'Automne et des Tuileries.

Fondateur en 1929 avec René Herbst, Robert Mallet Stevens, Puiforcat, Hélène Henry et Pierre Chareau de l'Union des Artistes Modernes (U.A.M.), il a pris également une part importante aux Expositions Internationales de 1925, et 1937 à Paris.

Raymond Templier, vice-président du Salon d'Automne, au titre des Arts Décoratifs, Membre du Conseil Supérieur de l'Enseignement des Arts Décoratifs, du Conseil de la Chambre Syndicale des Fabricants Joailliers, Bijoutiers, Orfèvres, est Expert auprès du Tribunal de 1ere Instance. A côté de ses activités essentielles de dessinateur et de créateur de modèles pour la joaillerie, il convient de signaler tout un ensemble d'objets se rattachant au Sport, entre autres des ceintures de boxe, commandées par l' « Auto » et le « journal » « Les Sports » de Bruxelles, challenges de natation, basket ball, ski, etc., et de golf pour son Excellence le Glaoui et affiches pour la Fédération de tennis.

Raymond Templier, dont les oeuvres figurent aux Musées d'Art Moderne et des Arts Décoratifs de Paris et au Metropolitan Muséum de New York, est Chevalier de la Légion d'honneur depuis 1938. Joaillier dessinateur Raymond Templier a été un des premiers a donner au bijou, Plus particulièrement que d'autres objets sujets aux fluctuations des modes, un style aux principes rigoureux mais qui n'excluent point la part de fantaisie voire de sensibilité nécessaire à un élément capital de la parure féminine. Raymond templier est à l'avant-garde de son temps : sa participation en tant que joaillier à la fondation de l'U.A.M. est pour le bijou une victoire, pour l'artiste une prise de position à laquelle il restera toujours fidèle.

Avec lui le bijou, quelles que soient ses dimensions, toujours minimes, est conçu volume dans l'espace telle une sculpture. Les lois qui commandent sa construction sont aussi absolues que celles auxquelles se soumettent l'architecte, le sculpteur ou le musicien.

« La composition d'un bijou doit être à la fois libre, jaillissante et condensée, enfermée », explique Raymond Templier. Rien de gratuit, de superflu ne doit intervenir dans des rythmes qui s'offrent aux jeux de la lumière. Les Pierres précieuses n'interviennent jamais au hasard et pour leur propre éclat mais sont disposées aux points sensibles où elles prennent, par rapport aux courbes, enroulements, galbes, volutes, une expression satisfaisant la raison aussi bien que le regard.

Résolument libéré de tout répertoire anachronique Raymond Templier demande ses thèmes, dépouillés de vains ornements, au langage esthétique de son temps riche, pour qui sait le comprendre, d'inépuisables ressources décoratives. Cette conception novatrice du bijou a entraîné l'artiste à s'engager dans le domaine des objets destinés aux compétitions sportives traités en sculpture, réalisés en argent, acier inoxydable.

Ils sont réduits à de savants jeux de volumes, de lignes propres à exalter, en un audacieux schématisme, le geste de l'athlète vainqueur.

Ainsi Raymond Templier, élargissant le champ de ses recherches, oppose à la coupe banale et anonyme, un symbole vivant, actuel, explicite : une authentique Oeuvre d'art.

 

Sources : Mobilier et Decoration N°1 de 1954

 

 

 

 

4 décembre 2007, par DOMIN Bertrand : "Bertrand DOMIN, petit fils par alliance de Raymond TEMPLIER, étant devenu artiste peintre aujourd hui, je continue son souvenir dans mes peintures, mes sculptures, et moralement son souvenir m a permis de franchir des étapes de vie. Sans son influence déterminante pour mon présent, je ne serai pas ce que je deviendrai un jour, c'est grace à lui et à Marie Louise DOMIN, la fille adoptive de la famille COLIN OLIVIER, que mon style de peinture s'est développé. Je lui rends un grand honneur, et sa trace se poursuivra dans les représentations picturales que j'exécute et expose. Bonjour au restant de la famille."

 

21 décembre 2005, par valérie :"Raymond TEMPLIER fût mon arrière grand père du côté de ma grand mère maternelle marie louise DOMIN née DEKECKER.  Suite au décès de ma grand mère adorée mon grand père m'a fait don se son alliance et de sa bague de fiancialle dessinées et crées par Raymond TEMPLIER.  voici ces quelques mots en souvenir d'un arrière grand père que je n'est malheuresement pas connu."

     23 août 2006, par Caillaudeau Juliette : "Chère Valérie,  Je me permets de vous solliciter au nom du Musée des Arts Décoratifs, qui à l'occasion de sa prochaine réouverture au public le 15 septembre 2006, aurait besoin des coordonnées postales ou e-mail des ayants droit de Monsieur Raymond TEMPLIER, de manière à les contacter afin de négocier les droits d'auteur en vue de la mise en ligne des oeuvres du Musée, de leurs exposition dans les salles du musée et de la parution d'un catalogue sur les Chefs d'Oeuvres du Musée. En consultant Internet, je me suis rendue compte que vous étiez de la famille de Raymond TEMPLIER. A ce propos étes-vous la seule dhéritière directe ou reste t'il des ayants droits que je pourrais contacter ? Si oui avez-vous en votre possession les coordonnées d'un ou de plusieurs héritiers éventuels ? J'espère que vous pourrez m'aider dans ma recherche.  Dans l'attente d'une réponse favorable de votre part, je me tiens à votre disposition pour tout complément d'information.  Cordialement,  Juliette Caillaudeau Documentaliste Arts décoratifs 107 rue de Rivoli 75001 PARIS."

         15 mars 2007, par Eléonore FOSSE :"Chère Madame,  En faisant des recherches sur Internet sur Raymond Templier, je suis tombée sur votre message.  Je me permets donc de vous contacter au nom du Musée National du Sport. Dans le cadre de la valorisation de ses collections, le musée va éditer, à l'occasion de la coupe du monde de rugby un important ouvrage collectif sur l'histoire du rugby. Nous souhaiterions utiliser pour illustrer cet ouvrage une gravure, propriété du musée, réalisée par Raymond Templier.  Nous sommes donc à la recherche de ses ayants-droits.  Pourriez-vous avoir la gentillesse de me renseigner ?  En vous remerciant pour votre aide, je vous prie de croire, chère Madame, en ma respectueuse considération.  Eléonore FOSSE Assistante-documentaliste Musée National du Sport."