Pierre LEGRAIN

Pierre Legrain est né à Levallois-Perret le 2 octobre 1889. Fils d'un riche industriel, il connut une enfance heureuse. Elève au Collège Sainte-Croix, à 12 ans, il convainc ses parents qu'il doit abandonner ce genre d'études, " se cultiver " lui-même et apprendre le dessin : il suit les cours de l'Ecole Germain Pilon et poursuit ses études, sa culture frappera toux ceux qui le connurent. Très sportif il alla au delà de ses forces et, successivement, le jeune homme si favorisé, se trouve atteint dans sa santé - double lésion de l'aorte, son père ruiné meurt peu après, et c'est la misère.

Pour subvenir aux besoins de sa mère il doit se plier aux plus rudes besognes, mais il continue à dessiner et c'est ainsi qu'il entre en rapport avec Paul Iribe . Il exécute pour lui les travaux les plus divers et acquiert une remarquable maîtrise : minuscules maquettes en volumes, puis modèles de meubles, bijoux, décors, etc. Pendant la guerre, réformé Legrain s'obstine et après avoir été affecté à des travaux de terrassements il est chargé d'un service de secrétariat qui lui permet de dessiner, pour l'" Assiette au beurre ", le " Journal ", le Témoin et, Le mot " de Paul Iribe .

Marié, Legrain installe sa petite maison de la rue du Val de Grâce où avec des moyens de fortune et des éléments hétéroclites, il aménage la charmante demeure familière à tous les artistes. Il connaît alors Jacques Doucet - 1919 - qui lui demande de relier ses livres, puis lui commande des meubles et toutes sorts d'objets précieux. Legrain reçoit le prix Blumenthal et les commandes affluent. Dès 1920 il avait exposé au Salon des Artistes Décorateurs ses premières reliures ; en novembre 1923 il en organise une exposition particulière à la Galerie Briant-Robert : c'est une révélation.

Aux décorateurs de 1924 il participe avec Pierre Chareau, Ruhlmann, Mallet Stevens et Paul Poiret au sensationnel ensemble mobilier, La réception et l'intimité d'un appartement moderne ". De 25 à 29, avec une sorte de frénésie créatrice, Legrain poursuit en même temps ses activités de décorateur et de relieur et installe sa nouvelle demeure Villa Brune. Le jour même de l'emménagement, le 17 juillet 1929, il succombe à une crise cardiaque. Le nom de Pierre Legrain apparaît inséparable de la renaissance de la reliure contemporaine.

Mais il convient de ne point oublier que c'est à l'instigation de Jacques Doucet que le dessinateur et ensemblier se trouva inopinément engagé dans cet art de la reliure auquel rien ne semblait le préparer si ce n'est la diversité de ses dons, sa culture et son esprit d'avant-garde. Les décors de Pierre Legrain sont presque toujours abstraits, linéaires, la lettre du titre devient souvent motif ornemental mais ses compositions, malgré leur apparente liberté, sont conçues avec une rigueur architecturale. Renonçant aux bruns, rouges et verts habituels il a usé de cuirs et aussi de matières imprévues aux tonalités claires et rares dont les harmonies, délicates, raffinées, s'accordent avec la pureté de ses rythmes.

La réussite fut éblouissante et, bien que l'aventure ne dura qu'une dizaine d'années, Legrain a marqué définitivement l'art du livre et son influence demeure toujours présente,' toutefois elle ne doit point laisser oublier les activités du décorateur. En même temps qu'il travaillait pour Jacques Doucet, Mme Jeanne Tacharp lui commandait l'installation de sa demeure parisienne puis de sa villa de la Celle Saint-Cloud où des serrures aux éclairages, des meubles à l'argenterie et jusqu'au jardin, conçu comme une reliure où le maroquin était de gazon et les mosaïques en fleurs, tout avait été créé par Legrain.

Après la mort de Jacques Doucet l'enthousiaste et fastueux Pierre Meyer lui confiait l'aménagement de son hôtel de l'avenue Montaigne.Là, Legrain put, avec des moyens illimités donner libre cours à son imagination créatrice et à sa fantaisie. Mais malgré le bonheur que lui causaient ces réalisations Legrain envisageait de modérer ses activités de décorateur et de se consacrer au livre. Ainsi Pierre Legrain au moment où le destin allait interrompre son oeuvre, choisissait instinctivement la place qui lui était déjà assignée dans l'art contemporain.

 

Sources : Mobilier et Decoration N° 4 Mai 1954

 

 

 

 

25 juin 2010 : "Bonjour  Savez vous s'il existe des archives Pierre Legrain Merci."

 

19 mai 2010 :"bonjour existe il des archives ou des photos du salon des decorateurs de 1921 et si oui ou pourrais-je me les procurer merci"